Research


News and dispatches about my ongoing research projects.


Changements climatiques

La Méditerranée change...

Les sociétés humaines dépendent directement des ressources fournies par la biodiversité. En mer Méditerranée, la pêche des poissons côtiers soutient le développement de la population locale en constante augmentation. Deux études publiées dans Global Change Biology1 et Journal of Biogeography2 montrent que le changement climatique pourrait venir bouleverser ce fragile équilibre.

“Les sociétés méditerranéennes risquent de devoir négocier avec le changement climatique pour le maintien de leurs ressources en poissons.”

La mer Méditerranée, véritable relique de l'océan originel, est un point chaud de la biodiversité mondiale. Représentant seulement 0,32% du volume global des océans, elle concentre néanmoins 10% de toutes les espèces marines connues. C'est aussi une des régions du globe où les effets du réchauffement climatique pourraient se faire le plus ressentir. En effet, les climatologues y prévoient une hausse constante des températures d'ici la fin du XXIème siècle. À l'université de Montpellier, un groupe de chercheurs s'intéresse à la biodiversité des poissons méditerranéens. Nous avons construit une base de données nous permettant d'étudier la biodiversité des poissons méditerranéens sous toutes ses facettes, confient Camille Albouy et François Guilhaumon. Une de leurs thématiques de recherche consiste à développer des modèles mathématiques pour prédire l'impact du changement climatique sur les poissons méditerranéens. Ils tentent ainsi d'établir les liens entre les changements environnementaux à venir, la biodiversité, et les sociétés humaines. Deux articles récents abordent le problème sous deux angles complémentaires.

La première étude1 montre qu'en Méditerranée, le réchauffement des eaux va contraindre les poissons à déplacer leurs populations vers des "refuges climatiques" représentés par les mers Égée et Adriatique à l'est et au nord du bassin (voir carte ci-dessous et Lasram et al. 2010). À la fin du XXIème siècle, ces zones pourraient devenir de véritables "culs-de-sac". Les températures continuant à augmenter, les espèces venues se réfugier dans ces mers s'y retrouveront piégées, bloquées par les côtes dans leur remontée vers le nord. Ce phénomène est similaire au changement progressif d'altitude observé pour les organismes terrestres habitant les zones montagneuses, condamnés une fois arrivés au sommet.


Cartes du changement du nombre d'espèces de poissons méditerranéens. Le nombre d'espèces augmente dans les zones vertes et diminue dans les zones orangées. Les résultats sont donnés pour le milieu (à gauche) et la fin du XXIème siècle (à droite).

"À la fin du siècle, 70% des zones côtières méditerranéennes pourraient voir leur biodiversité s'éroder. Sur les 288 espèces de poissons, près de 20% (54) ne trouveront plus de températures favorables, et plus de la moitié d'entre elles (169) verront une réduction de leur habitat thermique."

Au-delà de cet appauvrissement général du nombre d'espèces, d'autres modifications des assemblages locaux pourraient avoir des répercutions directes sur les populations humaines. Dans la deuxième étude2, c'est l'évolution locale de la taille moyenne des poissons qui guide les chercheurs pour évaluer les répercussions du changement climatique sur la pêche. Deux types de pêches côtières sont prépondérantes en Méditerranée. La pêche artisanale soutient directement le développement des populations locales, et l'importante activité touristique autour du bassin engendre une pêche de loisir massive. À la fin du siècle, les espèces actuellement présentes auront été remplacées par des espèces de taille supérieure. Ce phénomène, concernant 75% des zones côtières, est plus marqué pour les espèces ciblées par la pêche de loisir.

Cette augmentation locale de la taille moyenne des poissons2 pourrait sonner comme une bonne nouvelle. Mais cela serait sans compter sur les prévisions régionales de diminution du nombre d'espèces1. Réussir une exploitation durable de poissons devenus supérieurs en taille mais inférieurs en nombre, constitue le défi à relever par les populations méditerranéennes du futur.


Crédits photographiques : phileole

Références :

1. Albouy C, Guilhaumon F, Araújo MB, Mouillot D and Leprieur F. 2012. Combining projected changes in species richness and composition reveals climate change impacts on coastal Mediterranean fish assemblages. Global Change Biology 18 : 2995–3003.

2. Albouy C, Guilhaumon F, Leprieur F, Lasram FBR, Somot S, Aznar R, Velez L, Le Loc’h F and Mouillot D. 2012. Projected climate change and the changing biogeography of coastal Mediterranean fishes. Accepted in Journal of Biogeography.

3. Lasram FBR, Guilhaumon F, Somot S, Thuiller W and Mouillot D. 2010. The Mediterranean Sea as a “cul-de-sac” for endemic fishes facing climate change. Global Change Biology 16 : 3233–3245.